A ) Les différentes formes de conformisme

Publié: janvier 13, 2011 dans Partie I

Afin de pouvoir s’intégrer parfaitement au reste du groupe, l’être humain a la possibilité de se conformer aux autres par le biais de différentes formes, puisqu’en effet le conformisme est une notion assez large. Kelman, qui est un psychologue, a étudier le conformisme et l’influence sociale et à mis en évidence trois types de formes de conformisme (la complaisance / l’identification / l’intériorisation). Il pense qu’un individu peut se conformer de façons superficielles ou réellement avec ses convictions profondes et personnelles. Toutes les formes du conformisme sont différentes et multiples. En effet, chacune correspond au phénomène de conformisme mais à des degrés différents. Nous allons présenter ces différentes formes et leurs différences.

La première de ses formes variées du conformisme est la complaisance qui a un but utilitaire. Cela correspond au fait qu’un individu se conforme à un groupe en acceptant ses conventions afin de ne pas créer d’ennuis avec le groupe et ses membres. Malgré le fait qu’il peut avoir des convictions différentes par rapport au groupe ainsi qu’un désir de changement. Il y a donc une relation de « pouvoir » lorsque le groupe cherche à dominer. Ceci peut se vérifier par exemple au sein d’une entreprise, où un employé accepte de se conformer aux règles de vie et à d’autres choses, comme le port de l’uniforme, imposées par la direction pour ne pas entrer en opposition avec celle-ci. C’est donc une forme de conformisme superficiel.

Ensuite, il existe aussi le conformisme par identification. Tout d’abord l’identification correspond à un processus d’assimilation de caractéristiques d’autres personnes. En bref on calque sa personnalité sur celle d’un autre, en s’efforçant d’agir et de penser comme lui. Alors c’est une forme de se conformer auquel le sujet veut être admis et s’intégrer dans un groupe. Alors cette personne se conforme aux attentes du groupe ainsi qu’a ces normes afin d’établir et de conserver des relations positives avec le groupe. Il est attiré par ce groupe parce qu’il si identifie, il est attractif et qu’il lui apporte du prestige et de la visibilité. Mais cette identification est nécessaire à la construction de l’identité des enfants et se poursuit à l’âge adulte.

Et puis, nous allons présenter une autre forme du conformisme : l’intériorisation. C’est la plus profonde manière de se conformer. La personne voulant s’intégrer intériorise les valeurs et les normes ce qui entraine donc que cette personne oubli ses propres idées. Alors il n’y a plus de différence entre son opinion personnelle et celle du groupe. Cela est dut au groupe d’influence qui possède une certaine notoriété ou un prestige qui donnent une valeur de vérité / une légitimité à tous ce qu’il dit. Les sectes sont un exemple (extrême) d’intériorisation puisqu’en effet les personnes intégrant ces institutions oublient leurs propres normes et valeurs et les remplacent par ceux inculqué par les membres de la secte.

Il n’existe pas seulement les trois formes de conformisme découvert par Kelman, étant donné qu’il subsiste de nombreuses formes comme l’innovation et le ritualisme évoqué par un autre sociologue, américain : Merton.

L’innovation c’est quand l’individu adhère complètement au système de valeur du groupe et le fait sien. Il lui fait confiance et adopte sa ligne de conduite. C’est la forme de conformisme qui influence le plus. Les majeures pressions sont exercées sur les couches inférieures car il y a des exigences en opposition proposé par la société.

Et pour finir, il existe le ritualisme. C’est quand l’individu attache de l’importance aux règles en abandonnant ses buts et acceptation des moyens de la société. Le ritualiste utilise les moyens usuels pour atteindre des buts qui ne sont pas toujours les siens mais qu’il adopte par habitude, sans convictions. Il existe quatre rites : le baptême / la communion / le mariage / l’enterrement.

En conclusion, il existe de cinq grands types de formes de conformisme qui sont très variés car chacune de ces formes n’a pas la même influence sur l’être humain. En effet, le conformisme par complaisance signifie accepter les idées du groupes tout en gardant les siennes. L’identification c’est quand un individu s’identifie aux autre en les imitant. L’intériorisation correspond au fait que l’on remplace totalement ses  idées par celles dictées par les membres du groupe. L’innovation c’est quand on adhère complètement aux systèmes de valeur qui selon Merton est causé par « une association entre pauvreté et comportements déviants ». Cette forme est plus diffusée dans les classes moyennes car la position sociale de chacun dépend majoritairement de sa réussite. Et puis, le ritualisme correspond au fait qu’un individu porte de l’importance aux buts de la société qui est le plus diffusé dans les classes moyennes d’après Merton.

Se conformer est parfois dans certains cas se soumettre à une autorité.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s